L’anesthésie péridurale : pour un accouchement paisible

Au moment de l’accouchement, toutes les femmes ne ressentent pas le même degré de douleur. En effet, celui-ci diffère selon l’état physique et l’état psychologique des futures mères. Afin de prévenir une éventuelle souffrance avant cet événement heureux, les scientifiques ont mis au point l’anesthésie péridurale. La majorité des maternités dans les hôpitaux suggèrent cette technique avant l’accouchement, mais elle reste cependant facultative. Dans cet article, nous allons vous fournir les détails à propos de cette méthode pour vous aider à vous décider si elle vous convient ou non.

La péridurale : c’est quoi exactement ?

L’analgésie ou l’anesthésie péridurale est une technique médicinale qui vise à atténuer la douleur ressentie par les femmes enceintes du fait des contractions. L’obstétricien introduit un petit tuyau extrêmement fin appelé « cathéter » dans l’espace péridural qui se trouve dans la colonne vertébrale lombaire. À l’aide d’un sparadrap, il va ensuite fixer celui-ci sur le long du dos avec son extrémité placée sur l’épaule. Les anesthésiques locaux sont transportés vers les nerfs par le biais du cathéter, ce qui suspend provisoirement la sensation de douleur pendant l’accouchement.

Généralement, la mise en place du cathéter est effectuée lorsque le col est dilaté de 3 à 8 cm. Néanmoins, la pose peut être anticipée si la femme ressent des douleurs insupportables ou bien si des pathologies surviennent. Par ailleurs, il arrive aussi que l’obstétricien décide de réaliser la péridurale si le bébé n’est pas encore engagé dans le bassin alors que la dilatation du col dépasse déjà les 8 cm.

Comment est effectuée la péridurale ?

Pour pouvoir subir une anesthésie péridurale, vous devez consulter au préalable un médecin spécialiste (quelques minutes avant l’accouchement). Le but est de prévenir les contre-indications de dernières minutes. Vous devez vous tenir en position assise ou sur le côté tout en étant immobile pendant l’introduction du cathéter afin de faciliter le travail du médecin anesthésiste. Cela évitera également des éventuelles complications.

Après avoir localisé l’espace péridural, l’obstétricien va désinfecter votre dos puis appliquer l’anesthésie locale à l’aide d’une aiguille très fine. Puis, il va insérer le cathéter tout au long de votre dos. Vous allez sentir probablement une sorte de décharge électrique, ce qui est bien normal.

Les anesthésiques vont faire effet pendant 45 à 70 minutes. Pour garder cet effet jusqu’à la naissance du bébé, le médecin va devoir administrer les doses d’anesthésiques supplémentaires en usant de l’une des méthodes suivantes :

  • soit par injection à l’aide d’un pousse-seringue automatique ;
  • soit par injection via un système de pompe sécurisée : ici, c’est la femme elle-même qui contrôle l’injection en fonction de l’intensité de ses douleurs.

Lorsqu’une césarienne devient indispensable, les doses administrées et la durée de l’opération vont être augmentés. Selon la dose injectée, les effets de la péridurale disparaissent au bout de 1 à 3 heures. Vous pourrez alors vous lever et regagner votre chambre.

Réaliser une péridurale : quelles sont les contre-indications ?

La péridurale ne peut être effectuée chez une femme qui souffre d’une forte fièvre, d’une infection locale au niveau du bas du dos ou bien des troubles de coagulation sanguine. Il en est de même pour une personne atteinte d’une maladie neurologique ou de la colonne vertébrale, ou qui présente un saignement ou encore en cas d’urgence. En revanche, la scoliose, la sciatique et la hernie discale ne constituent pas obligatoirement des obstacles pour la réalisation d’une péridurale.

La péridurale : quels effets secondaires sur la mère et son enfant ?

Bien que votre médecin ait pris toutes les précautions nécessaires dans la réalisation de l’opération, vous pouvez quand même ressentir des effets indésirables. On citera par exemple :

  • un malaise passager suite à la baisse de la tension artérielle ;
  • des tremblements causés par la sensation des décharges électriques ;
  • des démangeaisons ;
  • des fourmillements et une lourdeur au niveau des jambes ;
  • une difficulté provisoire à uriner qui va amener à l’utilisation d’une sonde.

Dans tous les cas, il existe des traitements spéciaux qui vont faire disparaître ces inconvénients.

Quant au bébé, la péridurale ne présente aucun risque sur sa santé. Toutefois, votre tension artérielle doit être surveillée en permanence pendant l’injection et régulée par des médicaments si nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*