Connaissez-vous la maladie de Pica ?

Les troubles psychologiques figurent parmi les maladies les plus répandues de nos jours. Si certaines d’entre eux représentent surtout une gêne à cause du comportement de la personne concernée, d’autres peuvent avoir des répercussions plus importantes sur la santé. De même, si certains troubles du comportement sont acquis avec le temps, d’autres sembles innés. C’est notamment le cas du syndrome de Pica. Focus sur ce syndrome dans cet article.

Qu’est-ce que le syndrome de Pica ?

Le syndrome de Pica est une maladie, plus précisément un trouble du comportement alimentaire qui fait que les personnes qui en souffrent ingèrent des objets non-comestibles. La maladie de Pica est parfois associée à un déficit intellectuel, à l’autisme, et même à des troubles comme la schizophrénie. Dans tous les cas, étant un trouble compulsif, les personnes atteintes de la maladie ne peuvent s’empêcher de manger certains objets, même si ceux-ci peuvent leur être nocifs. Parmi les principaux objets concernés, on retrouve habituellement la craie, la terre, le savon, certains matériaux comme le bois et autres revêtements muraux ; le sable, le charbon, le papier, etc.

Le trouble de Pica est une maladie handicapante, qui cause de nombreuses difficultés en raison de ses caractères et des conséquences qu’elle a sur la santé physique.

Quels sont les symptômes de la maladie de Pica ?

En tant que trouble du comportement, il est difficile de définir clairement la cause de la maladie. D’ailleurs, elle est peu connue et est souvent associée à d’autres troubles psychologiques. De même, le trouble de Pica n’est pas un problème en lui-même, ce sont habituellement les effets de l’ingestion qui sont problématiques. Ainsi, selon le type d’objets ingérés et la durée de la maladie, le malade peut présenter certains signes qui doivent alerter :

    • Problèmes dentaires ;
    • Douleurs abdominales ;
    • Infections intestinales ;
    • Carence alimentaire ;
    • Blessures au niveau du tube digestif ;

Quel traitement pour soigner le syndrome de Pica ?

En tant que trouble du comportement, le traitement doit tenir compte de nombreux points et se faire en plusieurs étapes.

Le diagnostic

Il est difficile de diagnostiquer la maladie de Pica. Cependant, il existe une série d’examens à mettre en place selon les patients.

    • Pour un adulte

Le syndrome de Pica est une maladie qui touche toutes les tranches d’âge. La maladie de Pica est diagnostiquée lorsqu’un sujet adulte ingère régulièrement des substances non-comestibles pendant 1 mois. En cas de présence d’autres troubles (autisme) ou certaines conditions (la grossesse), le médecin doit réaliser des examens cliniques.

Par ailleurs, un examen gastrique permet d’identifier l’ampleur du problème et de décider du type de traitement.

    • Pour un enfant

Détecter la maladie de Pica chez les enfants est beaucoup plus compliqué. En effet, avant 2 ans, l’ingestion d’objets est considérée comme naturelle chez l’enfant. Ce n’est qu’au-delà de cet âge que la présence de la maladie peut être mise en évidence.

Le traitement

Une fois la maladie diagnostiquée, le traitement peut être mis en place. Il consiste dans un premier temps à soigner les dégâts causés par l’ingestion des différents objets (blessures, carence alimentaire, etc.).

Une fois les complications maîtrisées, le médecin peut décider du type de traitement à appliquer.

Comme pour tous les troubles psychologiques, le traitement se fait au cas par cas, en fonction de la gravité de la maladie.

Pour un adulte, l’accompagnement d’un psychiatre afin de changer progressivement le comportement est souvent la solution adoptée. De plus, un suivi du mode de vie du patient est nécessaire afin d’éviter les risques de blessures.

Pour un enfant, les professionnels optent surtout pour la thérapie par abstinence. Cela consiste à tenir les objets hors de la portée de l’enfant. En effet, chez ce sujet, le trouble peut disparaître avec le temps, et parfois rapidement. Si ce n’est pas le cas, l’enfant doit être pris en charge par un psychiatre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*